Posté dans par le mars 21, 2019 dans Actualités, Presse

Paris, le 14 mars 2019La Fédération Nationale du Management de Transition, syndicat représentatif de la profession, présente les principales données de l’activité de ses adhérents pour l’année 2018 dans la cadre de son baromètre annuel.

 

Rappel : selon l’étude FNMT-XERFI publiée en 2017, les Entreprises de Management de Transition (EMT) représentent environ 60% du CA du marché total français d’environ 300 M€, les 40% restants concernant l’activité des free-lances. Sur les 160 M€ de CA des EMT, les adhérents de la FNMT en représentent environ 60%.

Par la diversité de ses membres, et grâce à sa part de marché cumulée, le baromètre d’activité des adhérents de la FNMT créée en 2012 est le seul indicateur actuel objectif du marché.

« Si l’analyse de l’évolution des données annuelles a toujours des limites conjoncturelles, notre baromètre indique néanmoins des tendances depuis 2012. La perception de ces tendances doit également prendre en compte ce que les analystes appellent « les signaux faibles » du marché : ces évolutions que tout professionnel constate dans sa pratique, dans l’évolution de la demande et de la concurrence. Voici ci-après les principaux indicateurs de la FNMT concernant l’activité 2018, nos managers et nos Clients » indique Jean-Pierre LACROIX, Président de la FNMT.

« L’évolution tendancielle du CA cumulé de la FNMT prouve le dynamisme de nos adhérents et confirme un début de maturité de notre métier : le recours au Management de transition devient une pratique courante dans la vie des entreprises.

Une deuxième constatation concerne la montée régulière des missions de « gap management » qui peut être liée aux difficultés de recrutement des entreprises : un besoin de redimensionnement d’une fonction avant de lancer un recrutement, mais aussi un recours face à la tension perceptible depuis quelques mois sur le marché de l’emploi des cadres (taux de chômage <4%).

Enfin, le Management de Transition s’est décorrélé de son image uniquement liée aux organisations défaillantes : cela ne représente que 10% de nos missions », précise JPL.

« Concernant le marché en général, le FNMT constate la multiplication des offres : cela prouve l’attractivité du marché et son dynamisme.

Mais attention, le Management de Transition est un métier en soi. D’une part, être Manager de Transition demande des qualités spécifiques pour réussir, être disponible n’est pas un critère suffisant. D’autre part, notre métier ne repose pas sur de la simple intermédiation avec l’affichage du prix d’un Managers sous une photo. Le Management de Transition est plus subtil que cela prenant en compte la nature de la demande du Client, son contexte, sa psychologie, ses attentes. Enfin, nous constatons une tendance à confondre Management de Transition et recrutement rapide. Le marché ne gagnera rien à la confusion des genres : ni les Managers, ni les clients.

Mais c’est un peu la rançon du succès, du travail que nous avons effectué depuis tant d’années : l’expression « Management de Transition » est devenu attractive, vendeuse et valorisante. La légère inflexion du taux de progression de nos chiffres d’affaires cumulés peut être une forme de maturité du marché.

La FNMT continuera de défendre la nécessité de la qualité des interventions, du respect d’une déontologie nécessaire et vérifiable, tout en ouvrant ses rangs à tous les acteurs qui souhaitent participer à son développement. Les pratiques des adhérents de la FnMT sont labellisées tous les ans par Bureau Veritas Certification ». conclut Jean-Pierre LACROIX, Président de la FNMT

Les principales données de la FNMT

Un dynamisme continu

• Le chiffre d’affaires des adhérents de la FNMT continue sa progression (+19%) mais à un rythme moindre que les 2 dernières années (+27% en 2017, + 23 % en 2016)

La progression du « gap management »

• Le « gap management » (remplacement en urgence) continue sa progression régulière avec un plus haut enregistré en 2018 (32% des missions signées sur l’année) soit + 4 points / 2017.

• Les missions de gestion de crise et de retournement stagnent à 10 % du nombre total de missions.

• La conduite de projet et la gestion du changement restent en tête du classement, mais subissent une érosion de 4 points / 2018, avec 57% du nombre total de missions.

L’industrie toujours en pole position

• L’industrie reste le secteur qui a le plus recours au Management de Transition (51 % des missions en 2018), loin devant les services (19%).

Domaines d’intervention :

• Les missions en directions industrielles maintiennent leur 2° place du classement en 2018 avec 18 % du total, derrière les fonctions DAF (21%) en baisse (-3 points /2017), mais devant les missions RH également en baisse assez régulière depuis 2015 pour atteindre un plus bas avec 16% des missions.

• Les fonctions commerciales et marketing continuent leur érosion en pourcentage (-2 points / 2017 à 4%) et en valeur absolue.

• Il est à noter une progression régulière depuis 2015 des missions Supply Chain et DSI qui passent chacune la barre des 10 %.

Stabilité de la durée des missions

• La durée moyenne d’une mission reste constante à 7 mois en 2018, confirmant une tendance historique depuis la parution du baromètre en 2012.

Qui sont les managers de transition ?

• 22 % des missions ont été menées par des femmes, en légère régression / 2017.

• Le Management de transition s’affirme comme un métier de maturité avec seulement 29% de nouveaux Managers (contre 35% en 2017).

• Un métier qui attire avec une progression de 3 points de la tranche des 40/ 50 ans (23% des managers en mission).

• La région Ile de France reste la principale pourvoyeuse de Managers (51% mais en régression de 7 points/ 2017) devant la région Auvergne Rhône Alpes à 12%, en légère baisse (-3 points / 2017).

Quels types d’entreprises ont recours au Management de Transition ?

• Les ETI (50 à 1500 M€ CA) avec 32 % des missions maintiennent leur première place, suivies par les grandes entreprises françaises (> 1 500 M€ CA) avec 23% devant les groupes internationaux 20%, sans grande variation /2017.

• L’Ile-de-France (49 % + 2 points), et la région Auvergne Rhône-Alpes (12% + 1 points) restent les lieux principaux de réalisation des missions.

• Dans 62 % des cas, les missions ont été menées auprès d’entreprises ayant déjà eu recours au Management de Transition, en augmentation de 4 points / 2017.

 

Commniqué de presse complet à télécharger ici : FnMT Communiqué de presse 03 2019